Cet article est destiné à tous ceux qui souhaitent démarcher un label. Comment choisir? Quels sont les clefs principales à avoir avant d’envoyer mon projet? Le but étant de ne pas communiquer celui ci à «n’importe qui», d’utiliser son réseau intelligemment pour ne pas griller toutes ses cartes, de s’adresser aux bons DA. Le meilleur n’est pas celui qui vous entend mais celui qui vous écoute.

Ils nous paraissent inaccessible, on dit que ce sont des grands méchants loups, on se revendiquent artistes indépendants, de n’avoir besoin de personne et de persister dans la culture du «non-commerciale». En France il ne faut pas conjuguer «activité artistique» et «souci de rentabilité» comme si le principe était vulgaire ! STOP ! Un artiste, c’est une équipe, des producteurs, des diffuseurs, de la notoriété, un public,… Certains artistes boudent de plus en plus ces collaborateurs qui prennent de moins en moins de risques et d’autres considèrent le label major comme un système idéologique. On connait tous un ami qui prône le discours du «hors système» et celui qui court taper à toutes les portes….

Petit point :
Le label major permet d’assurer une sécurité par la signature d’un contrat, enregistrer, promouvoir, vendre et possède le pouvoir financier pour permettre l’ascension rapide d’un artiste. En revanche, le système d’exploitation du 360 degrés, et l’uniformisation des catalogues répugnent certains artistes. Bien heureusement le label major n’est pas le seul «outil» pour pouvoir se faire connaître et vivre de la musique…

Le label indépendant se fait une place prépondérante dans le paysage de l’industrie musicale de notre génération.

Il considère les artistes par une approche plus artistique que le modèle du Label Major. Il respecte le propos du sujet, avant son aspect marketing, ce qui rassure l’interlocuteur (l’artiste). Même si l’industrie du disque reste centralisée, les labels indépendants défendent leurs parts de marchés. Ce sont des acteurs indispensables pour la diversité culturelle. «  L’indépendant » à son style,c’est à dire, à chacun son domaine…

Pour pouvoir s’attarder sur le développement d’un artiste, d’un univers, d’une musique, il faut connaître, et bien connaître c’est être spécialiste ! Lorsque vous souhaitez vous adresser à ce type de labels, pensez d’abord «Cohérence & Catalogue éditorial»

Son rôle d’intermédiaire : Il fait souvent le pont entre l’artiste et le label major. Garder cette image : Son atout est de cueillir l’artiste à sa racine, le faire pousser et l’éduquer jusqu’à ce que celui ci soit accompli ! C’est après qu’il fait appelle à un major pour combler sa limite financière.

Le FELIN, fédération nationale des labels indépendants vous éclaire sur toutes les questions pratiques et techniques de leurs fonctions.